Quelques préjugés et idées reçues complètement faux sur l’intérim

Au deuxième trimestre 2021, on comptait pas moins de 765 886 employés intérimaires en France, soit une hausse de 2,4% par rapport au trimestre précédent. Notons également que le marché de l’intérim en France représente plusieurs dizaines de milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Les acteurs sont toujours plus nombreux et notamment les acteurs 100% digitaux comme NOWJOBS par exemple qui transforme l’emploi intérimaire. Le rayonnement du secteur de l’intérim en France est donc indéniable. Cependant, les idées reçues sur le sujet persistent et vont bon train. En voici un peu florilège.

Les missions d’intérim ne concernent que le profils non qualifiés

FAUX : Il est aujourd’hui totalement faux de penser que les missions d’intérim ne concernent que des profils non qualifiés.

Tout d’abord, l’intérim est accessible à tous les profils, qualifiés ou non, diplômés ou non. De nombreux secteurs ont recours à l’intérim pour recruter des profils qualifiés, voire pointus, comme par exemple des infirmiers, des médecins ou encore des comptables.

De plus, il est de moins en moins rare de voir des profils de jeunes diplômés avoir recours à l’intérim pour se lancer dans la vie professionnelle ou même des profils avec expérience en pleine reconversion.

Les missions d’intérim ne concernent que les jeunes

FAUX : 47% des employés intérimaires ont entre 30 et 49 ans et 15,5% ont plus de 50 ans.

L’intérim n’est donc pas que pour les jeunes. Aujourd’hui, le secteur de l’intérim est largement plébiscité par les profils en reconversion professionnelle, population d’un âge plus avancé. En effet, l’intérim permet d’essayer de nouvelles missions dans un processus de changement de vie professionnelle.

Intérim rime avec précarité

FAUX : Les salariés intérimaires ont souvent un salaire plus élevé que des salariés en CDI au même poste dans une même société.

En effet, ces derniers bénéficient de nombreux avantages. Les salariés intérimaires perçoivent des indemnités compensatrices de congés payés (ICCP) ainsi que des indemnités de fin de mission (IFM) et bénéficient même parfois du comité d’entreprise. De plus, il existe de nombreux autres avantages méconnus à l’intérim. Par exemple, un salarié intérimaire peut faire appel aux FASTT (Fonds d’Action Social du Travail Temporaire), afin d’obtenir des aides dans sa recherche de logement ou peut encore obtenir des aides, afin de faire garder ses enfants durant une mission d’intérim.

Les missions d’intérim ne sont que des contrats courts

FAUX : Les missions d’intérim sont très souvent associées à des contrats de courtes durées.

Cependant, une mission d’intérim peut durer jusqu’à 24 mois. En effet, un salarié intérimaire peut travailler jusqu’à deux années consécutives à temps plein dans une même entreprise. Bien souvent, les entreprises font appel à des salariés intérimaires, afin de remplacer un collaborateur en arrêt maladie ou en congé maternité, ce qui correspond à des missions longues. La durée d’une mission d’intérim dépend en partie du besoin de l’entreprise. Il n’y a qu’à observer les missions disponibles sur l’application NOWJOBS, pour se rendre compte que l’offre de missions en intérim ne se contente pas de missions de courtes durées.

Faire appel à des salariés intérimaires coûte cher

FAUX : Par exemple, NOWJOBS, le partenaire d’intérim 100% digital, permet d’employer des salariés intérimaires à moindre coût.

En effet, NOWJOBS prenant en charge la gestion de l’administratif pour les entreprises (gestion et rédaction des contrats, congés, fiches de paie, etc…) c’est autant de frais en moins. Finalement, il va s’en dire que tout le temps gagné en faisant appel à ces intermédiaires tel que NOWJOBS sont autant d’argent économisé pour l’entreprise y ayant recours.

L’intérim ne débouche jamais sur un CDI

FAUX : De nombreuses entreprises font appel à des salariés intérimaires dans le but de recruter ensuite en CDI.

Une mission d’intérim permet d’appréhender facilement et rapidement une entreprise et d’y faire ses preuves. Si la mission se transforme en besoin récurrent, bien souvent l’entreprise préfère embaucher en CDI son intérimaire de prédilection, plutôt que d’opter pour un nouveau recrutement. En effet, les salariés intérimaires connaissaient déjà les tâches, les procédures, l’entreprise, etc… Prism’e

mploi indique que 20% des intérimaires sont embauchés à l’issue de leur mission en intérim. De plus, un profil intérimaire et un profil avec de nombreuses expériences, ce qui plaît aux recruteurs et peut faire la différence lors d’un recrutement.

L’intérim n’est pas un choix, il est subit

FAUX : C’est même tout le contraire, l’intérim est un chois à part entière dans de nombreux cas.

La plupart des salariés intérimaires font le choix de l’intérim et ne subissent pas leur statut. Bien souvent, les salariés intérimaires optent pour les missions d’intérim, car cela leur permet une plus grande flexibilité, contrairement à un contrat CDD ou CDI. Les offres de missions en intérim ayant des durées variées, elles permettent à certains salariés intérimaires de mieux concilier leur vie professionnelle à leurs contraintes personnelles.

De plus en plus, on observe des profils en pleine reconversion professionnelle ou des jeunes diplômés faire le choix de l’intérim. En effet, cela leur permet de trouver un poste plus rapidement qu’un CDD ou un CDI et d’acquérir rapidement de l’expérience. L’intérim est aussi le choix de bon nombre de salariés intérimaires cherchant un revenu complémentaire.