Entrepreneuriat : Les étudiants ont enfin droit à un statut

Ils sont de plus en plus nombreux à monter leur projet alors qu’ils sont toujours sur les bancs de l’école. Encourager l’innovation et la création d’entreprise chez les jeunes, tel est l’enjeu principal de ce nouveau statut proposé par le gouvernement et qui sera applicable dès la rentrée 2014.

Entrepreneuriat : Les étudiants ont enfin droit à un statut

Quoi de mieux pour faire face à la crise que de créer son propre emploi ? De jeunes entrepreneurs concrétisent un projet pour se lancer dans le monde du travail, alors même qu’ils sont encore étudiants ! Ces créateurs d’entreprises, de jeunes pousses dynamiques et pleines d’ambition, ont la fibre entrepreneuriale et participent ainsi à soutenir l’innovation le développement économique de la France. Pour les y encourager, l’État a prévu de mettre en place un nouveau statut d’étudiant-entrepreneur, visant à atteindre 20.000 créations ou reprises d’entreprises par des jeunes issus de l’enseignement supérieur (dixit la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso).

Annoncé pour la première fois par François Hollande lui-même lors des Assises de l’Entrepreneuriat, ce statut permettrait entre autres aux jeunes diplômés qui créent leur entreprise de conserver leurs droits sociaux. C’est la ministre Geneviève Fioraso qui présente le cadre de cette nouvelle mesure lors de sa visite à l’incubateur de l’Université de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) et précise que ce statut concernera les étudiants en cours de formation ainsi que les jeunes diplômés désirant monter leur entreprise après l’obtention de leur diplôme.

Comme indiqué plus haut, les jeunes entrepreneurs pourront continuer à bénéficier du statut d’étudiant et donc, de la couverture sociale qui s’y rattache, durant la période de création d’entreprise. Toutefois, ces derniers doivent être inscrits à un diplôme d’université (DU) «création d’entreprises innovantes et entrepreneuriat». Cette condition permettra en outre aux nouveaux chefs d’entreprises de «bénéficier d’une formation à l’entrepreneuriat et à la gestion, orientée vers la préparation et le lancement d’un projet entrepreneurial», comme l’indique la ministre lors de son discours.

«Il ne s’agit pas d’un statut au sens juridique du terme mais d’une reconnaissance et d’un accompagnement offert à ceux qui créent et innovent», ajoute Geneviève Fioraso.

En parallèle, d’autres dispositions seront prises pour encourager ces étudiants et jeunes diplômés à se lancer, dans le cadre notamment du concours national d’aide à la création d’entreprise, qu’organise le ministère. Une aide financière d’un montant de 10.000 euros, pour la catégorie «création-développement», et de 5.000 euros, pour la catégorie «émergence», sera ainsi accordée à pas moins de 50 lauréats.

Vous avez ou envisagez vous-même de créer une Start-up ? Laissez-nous vos commentaires pour nous conter vos aventures !

Source : www.leparisien.fr