Tractionnaire : un métier qui séduit toujours

Beaucoup ignorent encore le métier de tractionnaire. Pourtant, c’est un emploi très prometteur. Le profil est d’ailleurs très recherché dans l’univers du transport. Malheureusement, il ne suffit pas d’être amateur de poids lourds ou de détenir un permis de conduire pour y faire carrière. Alors, en quoi ce métier consiste exactement ? Comment y accéder ? Quelles spécialités sont proposées ? Nous vous disons tout dans ce petit guide.

Qu’est-ce qu’un tractionnaire et que fait-il ?

Être tractionnaire est un métier passionnant. Comme son nom l’indique, le métier consiste à conduire des poids lourds et tracter des remorques ou des plates-formes. Mais il ne s’agit là que d’une simple facette du travail qui vous attend. Spécialisé dans la livraison et le fret, ce professionnel de la traction sera amené à transporter des marchandises et des produits. En fonction de la nature et du type de marchandises à expédier (industrielles, œuvres d’art, voitures, produits alimentaires…), certaines conditions spécifiques doivent être respectées, outre l’exigence du respect des délais.
Autant dire qu’il ne s’agit pas d’un travail facile comme on pourrait le penser. Au contraire, le métier de tractionnaire exige des compétences pointues et de la polyvalence de la part du conducteur.
Tractionnaire : un métier qui séduit toujours

Comment devenir tractionnaire ?

La passion ne suffit pas pour devenir tractionnaire. Comme il s’agit avant tout de manier un poids lourd, il faudra avoir en sa possession un permis de conduire, mais pas n’importe lequel. Il vous faut un « permis super lourd ». En effet, c’est ce nom qu’on utilise pour désigner les permis CE et C1E. Le premier vous donne l’autorisation de conduire des véhicules avec un Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) de 3,5 à 7,5 tonnes. Le poids de la remorque à tracter peut dépasser les 750 kg. Le permis C1E vous permet également de conduire le même type de véhicule, mais dont le PTRA (Poids Total Réel Autorisé) ne dépasse pas les 12 tonnes.
Outre le permis de conduire, il vous faut aussi suivre une formation en transport routier. L’objectif est d’approfondir ses connaissances sur le Code de la Route et d’apprendre les opérations relatives à l’attelage et le dételage de remorques. Ce sera également à l’occasion de cette formation particulière que vous apprendrez les vérifications de sécurité courantes à faire sur votre véhicule, ainsi que l’entretien des diverses pièces mécaniques. La formation pourrait déboucher par l’obtention d’un BEP « conduite et services ».
Pour compléter le tout, il vous faudra une attestation de capacité de transport, plus particulièrement celle relative au « transport lourd de marchandises ». C’est essentiel pour exercer le métier de tractionnaire. Vous l’aurez plus facilement après avoir suivi la formation évoquée plus haut.

Les différentes spécialités du métier de tractionnaire

Après avoir accédé au statut de tractionnaire, vous pouvez maintenant choisir entre les différentes spécialités de ce métier. La distinction se fait à base du type de marchandise que vous transporterez. Effectivement, chaque produit a ses particularités et votre façon de conduire doit être adaptée. Bien entendu, il se peut qu’on vous demande d’embrasser plusieurs spécialités à la fois.
C’est pourquoi il faudra toujours faire preuve de polyvalence. Enfin, parmi les spécialistes les plus demandés, on citera le tractionnaire frigo pour le transport frigorifique, le tractionnaire portuaire pour l’acheminement de conteneurs depuis les terminaux maritimes vers les entrepôts, le tractionnaire routier pour le transport de marchandises vers les clients, le tractionnaire d’œuvres d’art et d’antiquités…